Du Gnawa pour lancer 2017

yassine-boudouch

Yassine Boudouch, chanteur et joueur de guembri -instrument traditionnel des Gnawas- a connu l’Artère à travers un ami de la coop, Ziad Qoulaii, aussi chanteur, avec qui il était venu assister un soir à un concert. Yassine a trouvé l’endroit très chaleureux et, le 5 janvier prochain, c’est son groupe qui va briser la glace en ouvrant le bal de la programmation 2017 des Milles et Un Jeudis de l’Artère.

Voici une introduction en quelques questions au spectacle qui mettra en scène le groupe Boulila dans un mélange de Gnawa et de sahara fusion.

« Nietzche a dit :  »sans la musique la vie serait une erreur » et je suis d’accord à mille pourcent! » -Y.B.

Photo de L'Artère, coop.

1- Que présenterez-vous sur scène le 5 janvier prochain?

On présentera une performance purement Gnawa et sahara music, un réel voyage dans le temps puisque cette musique est restée quasiment authentique alors qu’elle était chantée par des esclaves il y a des siècles.

2- Comment décrirais-tu le projet Boulila?

Boulila est un projet de collaboration de différents musiciens qui ont chacun leur propre parcours musical, leur propre instrument, leur touche, leur son et nous sommes tous réunis par l’amour du gnawa music et du roots music en général. Notre public est toute personne qui aime le roots music ou le gnawa ou juste des gens qui aiment découvrir d’autres horizons musicaux et d’autres couleurs.

Ce qu’on cherche à créer c’est une fusion entre l’ancien et le contemporain pour offrir au public une jolie rencontre entre les époques.

3- Peux-tu nous parler un peu plus de la musique gnawa?

Les Gnawas sont les différentes tribus venues de l’ancien empire de Guinée dispersé un peu partout au Maghreb. Le Gnawa est utilisé comme une musicothérapie, ou encore pour exorciser des personnes possédées dans des nuits où on fait des rituels et où on joue la musique gnawa jusqu’au matin. Le Gnawa donne aussi place à des spectacles de divertissement.

4- D’un point de vue un peu plus philosophique, quel est le rôle de la musique dans la sphère publique selon toi?

Le rôle de la musique peut être présenté sur plusieurs plans aussi importants les uns que les autres.

Un musicien peut venir de n’importe quel pays du monde à Montréal par exemple et s’intégrer avec mille fois plus de facilités qu’une autre personne parce qu’il va aller dans des jams et commencer à jouer de la musique avec d’autres musiciens en ramenant son bagage culturel à travers la musique, ce qui enrichi d’ailleurs le jam. Grâce à ça, la personne qui joue de la musique peut faire plein de belles rencontres même s’il ne connaît pas la langue!

Et plus, en général, la musique est un remède et un antidote aux soucis de la vie : un élément qui réunit les gens et Dieu sait qu’on a besoin d’être réunis de nos jours. C’est un élément qui raconte des histoires pour en tirer des leçons ou seulement pour se distraire et oublier pour un moment les problèmes de la vie, et, enfin, la musique est un art de vivre.

 

Finalement, parlant d’art de vivre, vous êtes aussi invités à venir manger une délicieuse table d’hôte avant ou pendant le spectacle dès 18h!

Menu fusion:

Entrée de mezzé (babaganoush, hummus et betteraves au tahini et citron) avec olives et chips de pita aux épices zataar

Plat principal -brochette de poulet ou de tofu au citron et olives avec une sauce aux herbes fraîches sur couscous avec raisins sec

Baklavas

Thé à la menthe

Réservations: info@artere.coop.

Spectacle: 12$ avec mezzé

Spectacle et table d’hôte: 25$

Venez en groupe ou en famille!

 

Par: Camille Caron -coordo, cook et blogueuse à l’Artère coop-